La partie trois du parrain se termine sur une triste note. Triste, mais méritée! Définitivement, la meilleure des trois parties, c'est la première.

Ce long WE, avec Princesse, nous allons voir ma grand-mère, en Haute-Savoie pendant quinze jours encore. Au téléphone, elle semblait ennuyée que je vienne, car elle est très occupée (sic!) avec sa vente de meubles, y tout y tout. Bha. Tant pis, elle nous subira.

J'ai terminé le roman de Zeller, Les amants du n'importe quoi. J'ai bien aimé, je suis assez fan de l'écriture que je qualifierais de réaliste, loin des histoires qui se terminent bien, loin des histoires à la fin si pompeusement arrosée d'eau de bonheur. Là, j'ai attaqué le bouquin On intelligence d'Aiua.

Ce billet n'est pas ordonné, il manque de liant. Pardon.