Flux RSS

mardi 7 novembre 2006

Raviolis chinois à la vapeur - Essai 1

Je vous préviens tout de suite: faute d'avoir trouvé une pâte adéquate, l'expérimentation a donné une sorte de nems végétarienne!

Les ingrédients:
- Un sachet de champignons noirs séchés réhydratés dans une casserole d'eau froide
- Du soja
- De la sauce de soja
- Deux carottes
- De la pâte adéquate, ou à défaut ce qui tombe sous la main et qui permet de remplir un rôle similaire

Etape 1: Cuire Le soja et les carottes à la vapeur 10 minutes

Ne faites pas comme moi, avant de tapisser le fond de carottes, mettez-y du papier sulfurisé ou les rondelles de métal adéquates normalement fournies avec le cuit-vapeur...

Le soja doit être après la cuisson croquant à l'intérieur et fondant à l'extérieur.

Etape 2: Mixer les carottes, le soja, les champignons noirs réhydratés et une cuilère à café de sauce de soja

Ne mixez pas comme un malade, il faut obtenir de fins morceaux, pas de la purée.

Etape 3: Préparer (plier) les raviolis

Bon, normalement, il faut des ronds de pâtes bien fine de douze centimètres et confectionner des sabots, mais j'ai fait avec ce que j'avais, c'est à dire des carrés d'une quizaine de centimètres de côté.

A cette étape, il est possible de faire directement sauter les raviolis à la poele avec de l'huile (de sésame, par exemple), c'est même recommandé quand on n'a pas la pâte appropriée, on obtient alors une sorte de nems végétariennes sympa:

Sinon, on peut faire cuire à la vapeur les raviolis, et optionnellement les faire sauter après.

Je l'avoue, le résultat obtenu n'était pas à la hauteur de mes espérances, mais je vais affiner et pratiquer jusqu'à obtenir une vraie recette qui fait saliver. Je compte bien également essayer la version avec du porc haché, plus tard.

Linux blues

Chaque fois que j'installe une distribution Linux chez moi, je repense à ma découverte du monde du logiciel libre, en 1995 1996 (?), à mes longues nuits de bataille pour installer une Kheops (une Slack francisée) sur un antique Compaq 486 tout pourri avec déjà à l'époque une partie du BIOS sur le disque dur. Je repense à mon acharnement à faire fonctionner la carte graphique Trident (ça existe encore ?), à mon étonnement devant le prompt de login (çékoiça ?) et à la lecture frénétique du maigre guide papier francisé. C'était le bon vieux temps. Maintenant, une distribution Linux, ça s'installe tout seul, à coups de wizzz-bang-ding, et ça fonctionne du premier coup .. ou presque.

Dans le genre wizzz-bang-ding, j'ai testé ce WE:
- la Mandriva 2007, avec un bureau 3D optionnel carrément inutilisable avec ma Radeon 9250
- la Kubuntu 6.10, qui ressemble beaucoup à la 6.06

Les deux distributions sont assez gourmandes, mon AMD 2600+ et son Go de RAM commencent à se faire vieux. C'est peut être le signe pour passer à une Xubuntu, ou changer de matériel. A défaut de finances suffisantes, ce sera la Xubuntu.

Délivré

La télécommande a été retrouvée, mon fier destrier blanc m'a donc accompagné à la pépinière en ce beau mardi. Je pourrais aussi du coup faire quelques emplettes à Paris Store - un épicier asiatique - pour préparer ce soir des raviolis chinois cuits à la vapeur. Miam!