Noël, ça me déprime, définitivement, et celui-là encore plus en particulier.

Vivement janvier.