Les Grecs ne concevaient pas le temps comme linéaire, mais cyclique. Cette perception est aujourd'hui totalement réfutée, et la définition de l'heure est confiée aux battements de coeur des atomes. L'humanité voit son rythme imposé par l'infiniment petit tout en cherchant à percer le mystère de sa naissance en scrutant l'infiniment grand.

Mais à force de construire des téléscopes toujours plus puissant pour voir toujours plus loin dans notre passé alors que le futur, inéluctable, se rapproche toujours plus, ne tourne-t-on pas en rond ?

Vous avez trois minutes linéaires pour rendre votre commentaire sur ce 500eme billet, et n'oubliez pas de préciser votre pseudo en partant, sinon c'est zéro pointé ;-)