Flux RSS

mercredi 20 septembre 2006

Papotages à la Semidias

Lundi matin, je me suis rendu à une rencontre multi-partite (ça se dit, ça ?) organisée par la Semidias à Colomiers. Par session de trente minutes, les créateurs/jeunes entreprises rencontraient des acteurs institutionnels ou privés comme l'Anvar, des avocats, des banquiers, etc etc...

Même si aucune rencontre n'était initialement prévue, j'ai été mis en contact (via le monsieur de l'Anvar) avec un fort sympathique représentant de Midi-Pyrénées Innovation. Sur un ton fort cordial, on a discuté informatique en général (il est pro-Mac, ça aide), puis de ma GED en particulier. Il semble intéressé par le produit, et on a envisagé quelques actions communes possibles comme:
- la recherche dans ses relations de testeurs entreprise
- l'étude de l'IHM, dans le cadre d'un projet universitaire : l'interface pourrait servir de projet d'étude à des étudiants du domaine qui, avec l'appui de leurs professeurs, pourraient ainsi monter des dossiers de proposition d'évolution. Et ça pourrait se solder par un stage pour implémenter les modifications.

J'ai également pas mal échangé avec un prof en marketing sur la rationalisation de la stratégie à adopter. En gros, ça va être :
- identification de niches (ex: cabinet d'architecte, cabinets d'étude sous-traitant Airbus...)
- pour chaque niche, trouver deux à trois testeurs
- communiquer (avec son accord) sur le partenariat avec le testeur, et se constituer un press-book commercial.
- satisfaire au maximum les besoins des testeurs, qu'ils soient satisfait du produit, qu'ils en parlent.
Ce dernier point, je l'ai souvent rencontré sur les blogs de référence des micro ISV (ISV = Independant Software Vendor = Éditeur indépendant de logiciel, un terme inventé par Microsoft). L'idée qui règne en maître chez pas mal de ces microISV, c'est le choix délibéré de ne pas s'occuper de la concurrence, mais de garder toute son attention pour ses clients. Je ne vais expliquer le pourquoi du comment - ce billet est assez long - mais j'approuve cette idée presque à 100%.

mercredi 6 septembre 2006

Java Web Start, Derby, Apache XML-RPC, NetBeans

Java Web Start, vous connaissez ? C'est un système qui permet de déployer des application Java très simplement...

Sur le serveur: les archives Jar de l'application sont accessibles en HTTP, accompagnées d'un fichier JNPL (du XML) qui fait office de descripteur de déploiement (liste des Jar, nom de l'application, etc etc)

Sur le client: quand l'utilisateur télécharge le fichier JNPL en cliquant sur un lien, la JRE prend la main. Elle télécharge les archives Jar et les installe. C'est la JRE qui se préocupe des détails de bas niveau comme où mettre les archives, intégrer l'application au menu démarrer, vérifier les nouvelles versions, vérifier les certificats, etc etc.

Tout cela, c'est bien beau, mais ça ne simplifie pas le déploiement côté serveur. Je me suis penché sur le problème, et pour la prochaine version de la GED, j'ai une solution ... que je trouve sympa.

Toute la GED, clients et serveur, est contenue dans une webapp (archive WAR). Une fois déployée au sein d'un serveur de servlet (cinq minutes d'administration à tout casser), la GED est opérationnelle. La webapp sait alors immédiatement :
- Répondre à des requêtes XML-RPC (fonctionnalités métier)
- Distribuer via Web Start les clients XML-RPC correctements configurés (génération dynamique des JNPL)
- Distribuer la documentation en HTML.

J'ai monté un prototype pour vérifier le bon fonctionnement du tout. J'ai testé avec Jetty et Tomcat, ça marche du tonnerre. Pour ne pas m'enconbrer de la configuration d'une base de données, j'ai utilisé Derby, le SQLite du Java.

La nouveauté, c'est aussi l'utilisation d'XML-RPC, en utilisant plus particulièrement l'implémentation d'Apache, ws-xmlrpc. Cette implémentation est très inéressante, car :
- elle comporte des extentions propriétaires au protocole qui permettent de gagner en vitesse, tout en restant compatible avec les clients standards
- elle permet de crypter les communications (SSL) - elle me permet de générer automatiquement un SDK Java d'accès à la GED.

J'ai profité du prototypage pour (re)tester NetBeans, le RAD Java de Sun. Son constructeur d'interface graphique est excellent (que de progrès depuis trois ans) et il simplifie vraiment le développement par une grande automatisation de l'intégration. Par contre, le support de Subversion n'est pas livré en standard, car il n'est pas encore stable.

vendredi 1 septembre 2006

Les décisions du jour

Le facturier sera un produit commercial, avec ses sources sous GPL. Je dois bien faire attention au lancement, qui va déterminer le succès du produit. Je devrais, je pense, lancer simultanément le site commercial ET le site Open Source, tout en faisant du bruit dur Linuxfr et autres sites appropriés. Mon entreprise gèrera ainsi deux produits que tout oppose : un logiciel propriétaire cher, et un logiciel Open Source abordable. Je pense qu'il sera intéressant de voir l'évolution parallèle de ces deux projets. Si l'un péréclite, j'espère que l'autre décollera. <private joke>Non, promis, je ne fais pas mon Marc, je me tiens à deux, voir trois produits MAXIMUM</private joke>

Seconde décision, controversable (heum...) : proposer des prestation de service informatique à destination des PMEs : infogérance, installation de réseau, de serveurs Linux, etc etc... Ce n'est pas ce qui me passionne le plus, mais :
- ça pourrait mettre du beurre dans les épinards, au début au moins, le temps que l'activité logicielle décolle ;
- ça permet de se monter plus vite un réseau relationnel (et de transformer peut être mes clients en revendeurs de GED, grâce à l'incitation d'une confortable marge, rêvons)

Sur ce, je retourne bosser.